5 conseils pour les sportifs, par le triathlète Philipp Mock

Du WerraMan à l'Ironman d'Hawai, découvrez son histoire.

Beaucoup de triathlètes en rêvent : participer à l’Iron man d’Hawaï une fois dans leur vie ! Pour Philipp Mock, 28 ans, ce rêve est déjà devenu réalité pour la deuxième fois en 2016. Nous avons eu un entretien avec lui au sujet de sa carrière de triathlète. Découvrez ci-dessous son secret pour rester motivé et les cinq conseils que Philipp prodigue aux autres athlètes professionnels.

Le triathlète Philipp Mock en train de courir et faire du vélo
Déjà deux fois au départ de l’Ironman d’Hawaï : Philipp Mock d’Eschwege.

De 0 à 100 : la carrière de Philipp en tant que triathlète

La grande passion de Philipp lorqu'il était adolescent était le handball. Il a découvert le triathlon plutôt par hasard, lorsque sa ville natale, Eschwege, a organisé en 2004 un triathlon populaire : le WerraMan.

Philipp fut tout de suite fasciné et participa même à l’événement un an plus tard, mais sans entraînement spécifique : « Après une blessure au handball, je m’étais acheté un vélo de course pour me remettre en forme. La course à pied faisait également partie de l’entraînement de handball. Je savais assez bien nager pour tenir les 400 mètres. Je m’y suis donc inscrit, tout simplement, pour vivre une nouvelle expérience. »

Annonce

Premières expériences en triathlon : privilégier le plaisir à l’entraînement difficile

Aujourd'hui, lorsque Philipp jette un coup d’œil rétrospectif sur son premier triathlon, il constate : « À l’époque, les 400 mètres de nage, les 25 kilomètres de vélo et les 5 kilomètres de course qui caractérisaient communément la distance d’un triathlon représentaient un défi monumental. Je me souviens que j'étais déjà à bout de souffle après avoir nagé. »

Quoi qu’il en soit : la passion pour le triathlon s’était emparée de Philipp. Lors des compétitions annuelles, il se fixait comme objectif de « battre son record de l'année passée », sans toutefois trop se préoccuper de l'entraînement. Il était particulièrement intéressé par le plaisir dans le sport, tandis que le handball restait une priorité à ses yeux.

Philipp Mock au marathon
Même lors des compétitions, faites-vous plaisir. Telle est la devise de Philipp.

C’est seulement depuis 2010 que Philipp se consacre aux sports d'endurance de manière vraiment intensive, lorsqu’il a quitté sa ville natale et son équipe de handball en raison de ses études. « Cette même année, j'ai également accompli ma première distance olympique à Hambourg, ce qui fut une réussite absolue, étonnamment, sans un entraînement adéquat. »

Puis a suivi la première participation de Philipp à l’Ironman 2011, à Francfort. Son objectif de l’époque : « avoir du plaisir à atteindre la ligne d’arrivée. »

Le plaisir dans le sport joue un rôle essentiel pour Philipp. « Quel que soit le sport en question : il est important de ne jamais perdre le plaisir, peu importe le niveau de motivation ou l'ambition. »

Le plaisir de franchir la ligne d’arrivée : une réussite à l’Ironman

Cet état d’esprit semble également être la recette du succès pour Philipp. Son expérience lors de l'Ironman de Francfort était « au top » : « J’ai même pu monter sur le podium dans ma catégorie d’âge ». C’est à partir de cette expérience que la prochaine grande thématique a vu le jour : « Lors de la cérémonie de remise des prix, ce fut la première fois que la question d’Hawaï se posa pour moi. C'est ce jour-là que l'objectif pour l'année suivante a été fixé – la participation à l'Ironman d'Hawaï, la plus grande course de triathlon longue distance au monde. »

S’accrocher : comment Philipp se motive sur le long terme

Dans ces conditions, et à ses débuts, Philipp n’a eu aucune difficulté à trouver la motivation nécessaire pour l’entraînement : « Je brûlais vraiment d’envie à l’idée d'atteindre mon prochain objectif – c’est-à-dire la participation à l’Ironman de Ratisbonne en 2012, où je voulais décrocher la qualification pour Hawaï. » Et là encore, le déroulement a été parfait pour Philipp, du début à la fin : « amateur le plus rapide, top 10 au classement général – le rêve d'aller à Hawaï était devenu réalité. »

Ce qui nous intéresse, à vrai dire, c’est de savoir comment Philipp parvient à maintenir sa motivation sur une si longue période. Et comment gère-t-il les périodes plus difficiles que chaque athlète rencontre dans sa vie ?

Une défaite ? Il faut continuer à se battre !

Aucun athlète n’est épargné par le doute et les défaites. Dans ces moments-là, lorsque Philipp en vient à se poser la question « Pourquoi exactement suis-je en train de faire ça ? », il connaît déjà la réponse : « J’éprouve du plaisir en faisant du sport et j’aime relever de nouveaux défis ». Tant que ce principe restera valable à ses yeux, il sait « que cela vaudra la peine de s’accrocher et d’investir beaucoup de passion dans le sport ».

Philipp Mock sur le vélo
Longue respiration : en tant que triathlète, Philipp doit trouver sa motivation sur de longues distances.

Outre la joie du sport et les nouveaux défis, il est également nécessaire de développer des « qualités telles que l’autodiscipline et l’ambition, mais aussi la capacité à l’autocritique – surtout dans les moments où les objectifs fixés ne sont pas atteints ».

Ainsi, Philipp lui-même a dû apprendre à accepter les revers : lors de l’Ironman 2016, il s’est présenté avec l’espoir de poursuivre sur la lancée de son grand succès de 2012, alors qu’il avait obtenu la 3ème place dans sa catégorie d’âge. Il a démarré en étant parfaitement bien préparé, et au début, tout s’est déroulé comme prévu : « Après le cyclisme, j’ai pu me lancer dans le marathon en me sentant bien, et figurant en tête dans ma catégorie d’âge. » Mais c’est lors du changement d’épreuve que son corps s’est mis en grève, le proramme s’est alors détraqué. Philipp n’a pas atteint le but qu’il s’était fixé, le marathon s’est révélé plus long que prévu.

« Mais c’est le triathlon », explique Philipp. « Même si le déroulement de l’Ironman 2016 n’était pas entièrement positif, cette participation m’a quand même permis d’acquérir une précieuse expérience pour l’avenir. »

Selon lui, les athlètes devraient accepter que « les ratages et les défaites font tout autant partie du sport que les victoires et les beaux moments. Il est donc important de l’admettre et de ne pas se laisser tirer vers le bas. Et aussi longtemps que vous aimez ce que vous faites et brûlez pour la cause, vous serez sur le bon chemin. »

Nageurs dans l’eau
Natation, cyclisme, course à pied : le triathlon est un énorme défi physique.

Le saviez-vous ?

Le concept de « triathlon » est composé des termes grecs treis/tria qui signifie « trois » et athlos qui signifie « compétition ». Le premier concours multi-disciplinaire portant le nom de triathlon a eu lieu en 1974, en Californie, et quatre ans plus tard, le premier triathlon Ironman fut organisé à Hawaï : 3,8 km de natation, 180 km de cyclisme, 42,195 km de course à pied.

Depuis l’an 2000, le triathlon est également une discipline olympique (courte distance ou Distance olympique : 1,5 km de natation, 40 km de cyclisme, 10 km de course à pied).

Annonce

Les 5 conseils de motivation du professionnel

Grâce à ses longues années d’expérience où il était actif lors des compétitions, Philipp peut prodiguer de nombreux conseils utiles à d’autres athlètes :

1. Fixez-vous des objectifs intermédiaires

Afin de rester motivé à long terme, Philipp estime qu’il est absolument « utile d’avoir un grand objectif à l’esprit, et de travailler à sa réalisation ». Mais il est tout aussi important de se fixer des objectifs intermédiaires plus petits : « Ceux-ci peuvent être complètement différents, comme un exploit unique lors d’une séance d’entraînement ou l’inscription à une compétition ».

2. Imposez-vous régulièrement de nouveaux défis

L’ennui pendant l’entraînement agit comme un poison sur la motivation. Le conseil de Philipp est de constamment faire face à de nouveaux défis : « Ainsi votre motivation restera forte ».

3. Essayez de vous améliorer de jour en jour

« Mais mon véritable objectif est de m’améliorer un petit peu chaque jour et de tirer le maximum de mon entraînement », explique Philipp. Lorsque vous rencontrez des moments où tout ne s’est pas déroulé comme prévu, vous devriez adopter cette attitude positive fondamentale : « Si après coup, je suis en mesure de dire que j'ai fait tout ce qui était possible ce jour-là, alors je peux même parvenir à retirer un aspect positif à partir de résultats négatifs – et ce, même si le but ultime a été manqué. La prochaine fois, il se peut que les choses se déroulent à nouveau tout à fait différemment. »

Des coureurs sur la route pris en vue d’oiseau
L’ambition, c’est bien, mais la joie de la compétition est beaucoup plus importante !

4. Ne vous éloignez jamais de l’essentiel

« En général, lorsque les objectifs deviennent plus élevés, beaucoup oublient malheureusement la raison même pour laquelle ils ont commencé le sport », regrette Philipp. Back to the roots, c’est donc sa devise : à savoir, faire du sport pour l’amour du sport puis faire passer son ambition au second plan : « Au lieu de toujours se soucier uniquement des temps et des dates : sortez tout simplement et allez partager votre passion avec d’autres ! »

5. Amusez-vous & restez décontracté

Et voici le dernier conseil de Philipp à tous les lecteurs de cet article qui poursuivent eux aussi des objectifs sportifs : « Vivez votre rêve ! Sortez et amusez-vous dans l’activité que vous faites, peu importe à quel niveau sont les objectifs ». Car d’après son expérience, il s’avère beaucoup plus aisé d’atteindre ses objectifs avec une bonne dose de relâchement.

Portrait du triathlète Philipp Mock

Opticien né en 1988 à Eschwege en Hesse (Allemagne). Petit extrait de ses plus grands succès au triathlon :

  • 2012 : 7ème place au classement général Ironman Ratisbonne, amateur le plus rapide, 1er dans sa catégorie d’âge (CA) 18-24, 3ème place Ironman WC Hawaï CA 18-24
  • 2014 : 14ème place au classement général Ironman 70.3 Majorque, meilleur amateur, 1er dans sa CA 25-29
  • 2015 : amateur le plus rapide au Challenge Fuerteventura, distance moyenne, Vice champion d’Europe Ironman 70.3 Wiesbaden CA 25-29
  • 2016 : 10ème au classement général, 1er dans sa CA Ironman 70.3 Budapest, Vice champion d’Europe Ironman 70.3 Wiesbaden CA 25-29 Ironman Hawaï

2017 : place à de nouveaux objectifs sportifs !

Pour Philipp Mock, l’année 2017 est synonyme de changement majeur : rapidement, sa participation aux compétitions ne se fait plus comme amateur, sa carrière se poursuit désormais en tant que triathlète professionnel.

Et qu’en est-il de votre côté ? Etes-vous motivé et avez-vous défini de nouveaux objectifs sportifs pour 2017 ? Alors gardez à l’esprit le conseil de Philip : abordez les choses avec passion et amusement ! Par ailleurs : en portant un maillot de qualité professionnelle, vous prendrez encore davantage de plaisir lors de votre entraînement, c’est garanti – il vous suffit de jeter un coup d'œil à nos vêtements de running ou nos articles sur le cyclisme.

Nous adressons nos très vifs remerciements à Philipp Mock pour cette interview passionnante et lui souhaitons beaucoup de succès et plein de bons moments pour l'avenir en tant que triathlète professionnel !

Images : Photo de couverture ; 1-4, 7 : © Philipp Mock; 5 : © iStock/ positivelydigital ; 6 : © iStock/ ZamoraA

Annonce